Démocratie actionnariale: les actionnaires néerlandais de PHILIPS au premier rang

avril 16th, 2008 Posted by Actualité juridique boursière, Uncategorized 0 thoughts on “Démocratie actionnariale: les actionnaires néerlandais de PHILIPS au premier rang”

On connaissait l’activisme des actionnaires néerlandais de PHILIPS qui s’étaient récemment opposés à la distribution de nouvelles stock-options aux dirigeants de cette société. Ils viennent à nouveau de faire la preuve de leur pouvoir en s’opposant à des programmes de rachat d’actions envisagés par la direction.

En effet, ils considèrent que ces opérations mettraient la direction à l’abri d’une OPA inamicales.

Il faut dire que jusqu’à présent, la loi néerlandaise autorisait le rachat par les sociétés de leurs propres actions que dans la limite de 10% du capital (comme en France).

Plusieurs sociétés cotées, parmi lesquelles PHILIPS, ont anticipé un projet de loi, actuellement en discussion, prévoyant de relever le seuil des opérations de rachat d’actions pour le porter à 75% du capital.

On aurait pu penser que cette mesure éventuelle recevrait l’agrément des actionnaires: en effet , le rachat par une société de ses propres actions est synonyme de création de valeur pour l’actionnaire, les actions rachetées étant ensuite annulées. cette création de valeur est, bien sur, proportionnel avec le pourcentage d’actions annulées.

Il n’en est rien. Les principales associations de défense des actionnaires considèrent au contraire ce nouveau cadre législatif comme un moyen de défense inacceptable contre les tentatives d’acquisition inamicales.

Il faut dire que les sociétés néerlandaises, lesquelles ont constitué de véritables trésors de guerre, sont des proies attrayantes pour les prédateurs. Ils n’ont aucune difficulté à financer les OPA, l’entreprise visée ayant les moyens de rembourser les emprunts. Ces OPA inamicales bénéficient alors aux actionnaires en place qui vendent leurs actions à un prix très attractif.

Au contraire, en permettant aux sociétés de racheter jusqu’à 75% de leur capital, le projet de loi rend évidemment les OPA inamicales beaucoup plus difficiles.

(Source les ECHOS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Lissowski Avocats est un cabinet intervenant spécifiquement en droit boursier et financier, contentieux sur les produits financiers ainsi que sur les introductions en bourse.
3, rue Anatole de La Forge
75017 Paris
Tél : 01 58 05 17 20
Mob : 06 60 88 42 56
Fax : 01 58 05 17 29
jl@lissowski-avocats.com
© Lissowski Avocats 2017.